Cochrane France: un bon moyen de se tenir informé, exemple les vaccins contre la grippe

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire mon blog, surtout depuis que j’ai retrouvé les clés et que je me suis organisée pour prendre le temps de publier de nouveaux articles. Je vous remercie, car les commentaires, messages privés et partages m’encouragent à continuer.

Grâce à mon confrère et ami Laurent Fabre, j’ai trouvé le lien vers un article très intéressant sur Cochrane et je voulais partager avec vous cette possibilité de lire des résumés de la meilleure qualité possible en français.

Cochrane, qu’est-ce que c’est? (source: site Cochrane France)

La Collaboration Cochrane est une organisation internationale indépendante sans but lucratif, financée par une variété de sources, dont des gouvernements, des universités, des fondations hospitalières, des organismes caritatifs et des dons personnels.

Selon la vision de la Cochrane, la prise de décision en matière de soins de santé doit être informée par des preuves de haute qualité et à jour, issues de la recherche. Chaque revue systématique Cochrane aborde une question spécifique, sur laquelle une équipe de chercheurs dévoués trouve et examine alors les études cliniques pertinentes, de manière systématique et impartiale, et traduit les résultats en informations utilisables. Parfois ces revues fournissent des données probantes sur l’efficacité ou non d’un traitement donné, ou sur ses effets secondaires. D’autres fois, la conclusion de la revue est qu’il n’existe pas suffisamment de preuves de haute qualité pour répondre à la question – mais il est important de savoir ce que nous ne savons pas.

Qu’est-ce qu’une revue Cochrane ?

Les revues Cochrane examinent les essais cliniques sur les soins de santé. Elles éclairent les effets des traitements médicaux utilisés pour soigner les patients. Les revues Cochrane sont internationalement reconnues comme la meilleure norme en matière de soins de santé fondés sur des preuves.

 

La revue systématique selon Cochrane

La revue systématique selon Cochrane

 

Chaque revue examine une question clairement définie, par exemple : Les antibiotiques réduisent-ils les symptômes d’un mal de gorge ? D’abord, il faut trouver toutes les recherches sur ce sujet. Puis, la qualité des études existantes est comparée à des directives strictes.
Les données obtenues sont collationnées pour établir s’il existe des preuves décisives de l’efficacité ou non d’un traitement donné. Par ailleurs, les revues sont mises à jour régulièrement afin de garantir que les décisions que vous prenez sont fondées sur l’information la plus récente et fiable.

 

Exemple: les vaccins contre la grippe

Je cherche des informations sur le vaccin, car mon médecin m’en a parlé et je veux savoir ce que la science dit des vaccins, avant de prendre la décision de vacciner ma famille.

Je me rends sur: http://fr.summaries.cochrane.org/ et je tape dans la barre de recherche les mots-clés que je souhaite utiliser, comme dans Google. Cochrane a fait beaucoup de progrès sur son moteur de recherche et l’algorithme utilisé, il est maintenant très simple d’utilisation. (je viens d’apprendre grâce à Google d’ailleurs que le terme « algorithme » est un nom masculin!)

Exemple: vaccins contre la grippe adulte; ou vaccins contre la grippe enfant.

Je navigue entre les différents résumés qui m’intéressent. Le premier, une mise à jour récente: Les vaccins pour prévenir la grippe chez les adultes en bonne santé. Je lis le résumé: tout d’abord, il y a la question posée – les vaccins sont-ils efficaces? les vaccins ont-ils des effets indésirables?

Il y a ensuite une contextualisation, pour me permettre de comprendre le sujet, ici par exemple j’apprends pleins de choses!

« Plus de 200 virus sont à l’origine de la grippe et du SAG, produisant les mêmes symptômes (fièvre, maux de tête, douleurs, toux et écoulement nasal). Sans tests de laboratoire, les médecins ne peuvent pas les distinguer, puisque toutes ces affections durent pendant plusieurs jours et entrainent rarement le décès ou une maladie grave. Au mieux, les vaccins pourraient seulement être efficaces contre les grippes A et B, qui représentent environ 10 % de tous les virus en circulation. Chaque année, l’Organisation mondiale de la Santé estime quelles souches virales devraient être incluses dans les vaccinations de la saison suivante. « 

Le résumé contient ensuite les informations sur les textes étudiés, ici 90 rapports pour 116 études, à jour en mai 2013. « L’impact véritable des biais n’a pas pu être déterminé dans environ 70 % des études incluses. Environ 20 % des études incluses (principalement des études de cohorte) présentaient un risque élevé de biais. Près de 10 % étaient de bonne qualité méthodologique. »

J’apprends donc qu’il faut vacciner au moins la moitié de la population pour éviter certaines formes de grippes, et 71% pour prévenir l’apparition du syndrome d’allure grippal (SAG), de plus la vaccination « ne montre aucun effet appréciable sur le nombre de jours de travail perdus ou d’hospitalisation ». Euh… c’était pas ça le but?? bon, je continue à lire…
Pour mes patientes attendant un enfant: « La protection contre le SAG fournie par l’administration de vaccin antigrippal inactivé aux femmes enceintes est incertaine ou au moins très limitées ; l’effet sur leur nouveau-nés n’est pas statistiquement significatif. »

Demicheli V, Jefferson T, Al-Ansary LA, Ferroni E, Rivetti A, Di Pietrantonj C. Vaccines for preventing influenza in healthy adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 3. Art. No.: CD001269. DOI: 10.1002/14651858.CD001269.pub5

Intéressant! Je continue mes lectures!

La vaccination pour la prévention de la grippe chez les enfants en bonne santé

La conclusion: « Les auteurs de la revue ont trouvé que chez les enfants âgés de plus de deux ans, les vaccins par spray nasal fabriqués à partir des virus de la grippe atténués étaient plus efficaces pour prévenir la maladie provoquée par le virus de la grippe que les vaccins injectés fabriqués à partir du virus inactivé. Aucun des types n’a été particulièrement efficace pour prévenir le « syndrome grippal » provoqué par d’autres types de virus. Chez les enfants âgés de moins de deux ans, l’efficacité du vaccin à virus inactivé était similaire à celle du placebo. Il n’a pas été possible d’analyser l’innocuité des vaccins à partir des études en raison du manque de standardisation de l’information donnée, mais très peu d’informations ont été trouvées sur l’innocuité des vaccins à virus inactivés, le type de vaccin le plus fréquemment utilisé chez les jeunes enfants. » 

Jefferson T, Rivetti A, Di Pietrantonj C, Demicheli V, Ferroni E. Vaccines for preventing influenza in healthy children. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD004879. DOI: 10.1002/14651858.CD004879.pub4

Ok! Donc des organisations mondialement reconnues me demandent de vacciner mes enfants, mais Cochrane – le plus haut niveau de preuve disponible – m’informe qu’aucune étude ne montre une réelle efficacité du vaccin le plus utilisé, ni aucune étude sur son innocuité. C’est chouette d’être bien informé. Cette information est disponible, en français, en langage compréhensible par beaucoup! Nous pouvons nous informer.

 

Je continue à naviguer… Je pense à ma grand-mère qui se fait vacciner chaque année religieusement.

Vaccins pour la prévention de la grippe saisonnière et ses complications chez les personnes de 65 ans et plus

« Compte tenu du peu d’essais de bonne qualité disponibles, les résultats se fondent principalement sur des études non expérimentales (observationnelles) qui présentent un risque de biais plus important. Parmi les vaccins antigrippaux, les vaccins trivalents inactivés sont les plus utilisés. Les preuves disponibles étant de faible qualité, aucune conclusion à l’égard des effets des vaccins antigrippaux sur les personnes de 65 ans et plus ne peut être tirée. Sur le plan de la santé publique, le profil d’innocuité des vaccins semble être acceptable. »

Jefferson T, Di Pietrantonj C, Al-Ansary LA, Ferroni E, Thorning S, Thomas RE. Vaccines for preventing influenza in the elderly. Cochrane Database of Systematic Reviews 2010, Issue 2. Art. No.: CD004876. DOI: 10.1002/14651858.CD004876.pub3

Bon au moins pour Mamie, je sais qu’il ne semble pas avoir trop d’innocuité, mais il n’y a aucune preuve scientifiquement prouvée pour montrer que les vaccins sont efficaces. C’est déjà rassurant! (je suis de nature très optimiste)

Et moi? Je travaille avec beaucoup de personnes âgées!

Vaccination antigrippale pour les travailleurs de la santé travaillant avec des personnes âgées

Là, pas de chance. Il n’y a pas de résumé disponible en français. Je vais voir mon meilleur ami, Google Translate et je fais un simple copier-coller. Voici ce que je découvre:

« Il n’y a aucune preuve que seule la vaccination des travailleurs de la santé empêche la grippe ou ses complications (infection des voies respiratoires inférieures, de l’hospitalisation ou de décès dus à une infection des voies respiratoires inférieures) chez les individus âgés de 60 ans ou plus dans institutions pour personnes âgées (LTCIs in english) et donc aucune preuve d’imposer la vaccination obligatoire de travailleurs de la santé. D’autres interventions, telles que le lavage des mains, masques, la détection précoce de la grippe avec des écouvillons nasaux, des antiviraux, la quarantaine, limitant les visiteurs et demandant aux travailleurs des soins de santé avec une maladie de type grippal de ne pas se présenter au travail, pourrait protéger les personnes de plus de 60 dans LTCIs. De haute qualité randomisé combinaisons de tests d’essais de ces interventions sont nécessaires. »

Thomas RE, Jefferson T, Lasserson TJ. Influenza vaccination for healthcare workers who care for people aged 60 or older living in long-term care institutions. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 7. Art. No.: CD005187. DOI: 10.1002/14651858.CD005187.pub4

Et bien, cette année, grâce à ces informations, je pourrais faire un choix informé avec un réel consentement sur cette information.

Par contre, quand je pense à l’argent que je donne au quotidien pour financer ce genre de campagne de vaccination, alors qu’aucune preuve ne montre son efficacité, ça me fait quand même un peu mal au c… ! (au coeur évidemment)

 

Bonne(s) lecture(s)

Sparadrap_Piqure

À propos de marjolainedey

Marjolaine Dey, Ostéopathe DO diplômée du British College of Osteopathic Medicine, Université de Westminster, Royaume-Uni. Clinique - cabinet d'ostéopathie à Fontainebleau-Avon (77) et enseignante au Centre Européen d'Enseignement Supérieur de l'Ostéopathie. Enseignement - Enseignante - techniques structurelles, méthodologie de la recherche au CEESO Paris. Recherche - traduction et vulgarisation des textes de recherche publiés en anglais, afin d'aider la diffusion des informations en France Marjolaine cultive un intérêt particulier pour les thérapies manuelles traditionnelles à travers le monde, notamment Asiatiques, étudiées au cours de ses voyages.

Un commentaire

  1. Un immense Merci. Continue comme ça. Gauderic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :